République Algérienne Démocratique et Populaire Ambassade d´Algérie en Autriche La Mission Permanente
La Conférence pour la Sécurité et la Coopération
L’Algérie et le Partenariat Méditerranéen de l’OSCE
L’Algérie   qui   a   fait   de   l’objectif   d’ériger   la   Méditerranée   en   «   lac   de   paix   »,   une   constante   de   sa   politique   extérieure,   a   été invitée   à   prendre   part      aux   discussions   dans   le   cadre   du   Processus   d’Helsinki   qui   a   débouché,   en   1975,      sur   l’Acte   Final d’Helsinki,   établissant   la   Conférence   pour   la   Sécurité   et   la   Coopération   (CSCE),   ancêtre   de   l’Organisation   pour   la   Sécurité et   la   Coopération   en   Europe   (OSCE).   Pour   rappel,   l’OSCE   qui   regroupe   57   pays,   est   la   plus   large   Organisation   régionale au   monde.   Sa   zone   de   compétence   s’étend   de   «   Vancouver   à   Vladivostok   »,   soit   l’Amérique   du   Nord,   l’Europe   et   l’Asie Centrale. Le   Sommet   de   l’OSCE   de   Budapest   tenu,   en   1994,   a   décidé   l’octroi   du   statut   de   Partenaire   Méditerranéen   pour   la Coopération   (PMPC),   par   un   dialogue   spécifique,   a   des   pays   de   la   rive   Sud   de   la   Méditerranée.   Depuis,   six   pays   non membres de l’OSCE, dont Algérie, disposent de ce statut.  Ce   dialogue   sur   des   questions   d’intérêt   commun,   s’effectue   dans   le   cadre   des   organes   suivants   :   le   Groupe   de   Contact Méditerranéen    qui    se    réunit    à    Vienne,    sur    une    base    régulière,    au    niveau    des    Ambassadeurs    et,    la    Conférence Méditerranéenne   Annuelle.    Ces    organes    de    dialogue    ont    été    enrichis    par    la    création    récente    d’un    Fonds    destiné    à promouvoir   des   projets   de   coopération   avec   les   Partenaires.   De   plus,   à   l’occasion   du   Conseil   Ministériel   annuel   de l’Organisation,   des   consultations   de   haut   niveau   ont   lieu   entre   la Troïka   ministérielle,   le   Secrétaire   Général   de   l’OSCE   et   les délégations des pays partenaires. Notre   pays   prend   part   régulièrement   aux   travaux   des   organes   et   activités   de   l’OSCE,   ouverts   à   la   participation   des Partenaires   pour   la   Coopération   et   agit   comme   force   de   propositions,   en   cohérence   avec   sa   démarche   globale   et   intégrée de la sécurité, notamment au plan régional.