République Algérienne Démocratique et Populaire Ambassade d´Algérie en Autriche
<
L'Algérie abritera les 9 et 10 avril prochains une réunion africaine de haut niveau sur le sources de financement du terrorisme

10/03/2018
<




La tenue à Alger de cette réunion est "une décision qui a été prise en septembre 2014 par le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement du Conseil de paix et de sécurité de l'UA, et qui a été entérinée par un sommet" de l'Union africaine, a fait savoir M. Messahel lors d'un point de presse à l'issue d'un entretien avec le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, en visite officielle de trois jours en Algérie.

"Cette conférence est très importante dans le contexte actuel pour que nous ayons des positions africaines, essayer d'échanger nos vues autour des législations de nos pays, et d'identifier le rôle de nos institutions qui luttent contre le blanchiment d'argent et le trafic de tout genre".

Lors de son entretien avec le responsable de l'UA, M. Messahel a affirmé avoir évoqué le phénomène de l'immigration clandestine qui fait partie, "des soucis de nos Etats". "Là aussi nous avons dit au président (de la commission de l'UA) quel est notre point de vue en termes de combats, celui mené notamment contre les réseaux de trafics, lesquels surtout, participent parfois à financer même les actes terroristes", a-t-il souligné.

Le ministre a rappelé à ce titre que le président de la République Abdelaziz Bouteflika, avait été choisi par ses pairs africains pour être "leader dans la promotion de la vision africaine en matière de lutte antiterroriste, donc nous apportons notre contribution, et nous faisons chaque année des rapports à la commission de l'UA, la conférence des chefs d'Etat".

S'agissant des questions qu'a soulevées le président de la Commission de l'UA concernant la réforme institutionnelle de l'UA, M. Messahel a souligné "un besoin d'adapter l'organisation aux changements et mutations", ajoutant que "depuis la création de l'UA, beaucoup de choses sont passées. Et la question de réforme a été une initiative extrêmement importante, intéressante, et nous en tant qu'Etat nous apportons notre contribution dans la réflexion surtout dans la mise en £uvre des décisions des chefs d'Etat en ce qui concerne la nécessité d'adapter l'outil de réforme".

Et d'ajouter: "Je crois que le sommet extraordinaire de l’organisation panafricaine prévu prochainement à Kigali (Rwanda) autour de la zone de libre échange (ZLEC) dans le continent va être un aboutissement de l'intégration africaine à laquelle nous aspirions".