République Algérienne Démocratique et Populaire Ambassade d´Algérie en Autriche
<
Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine, condamne la résolution du PE sur la situation
des droits de l'Homme en Algérie

03/12/2020
<






Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine, a condamné, jeudi à Alger, la résolution du Parlement européen (PE) sur la situation des droits de l'Homme en Algérie, affirmant que "la politique de chantage est résolument révolue".

Dans son allocution à l'ouverture d'une plénière consacrée aux questions orales adressées à des membres du Gouvernement, M. Chenine a affirmé que "l'Algérie n'a pas de leçons à recevoir et son peuple rejette les diktats d'où qu'ils viennent".

"Désormais symbole de la politique des deux poids deux mesures dans ses rapports diplomatiques, le Parlement européen s'adonne, par procuration de forces et lobbies bien connus de nous, à des pressions, chantages, et tentatives d'isolement de notre pays", a soutenu M. Chenine évoquant "des velléités à ternir l'image de l'Algérie et des tentatives incessantes à susciter des problèmes internes et à provoquer un désordre programmé à travers un Hirak des réseaux sociaux".

Et d'ajouter : "nul n'ignore que derrière la résolution du PE se cachent des forces qui nourrissent toujours le rêve d'atteindre notre Armée nationale populaire (ANP), garant de l'unité et de la souveraineté et soupape de sécurité de la cohésion nationale. Des actes qui relèvent de tentatives récurrentes dans le but d'amener l'Algérie à renoncer à des questions stratégiques et essentielles et d'entraver les projets de développement civilisationnel".

A ce propos, le président de la Chambre basse a assuré que "l'Algérie, forte des fondements de sa renaissance et de sa libre décision, est apte au leadership géopolitique dans le cadre d'une approche fondée sur la paix, le développement et la démocratie. C'est là, précisément, l'Algérie nouvelle".

Soulignant, dans le même contexte, "la détermination de l’Algérie à continuer à observer la réciprocité indéniable dans ses rapports, partant de sa conviction que le dialogue constructif (...) repose sur des valeurs communément admises , M. Chenine a affirmé "nous demeurons pour le dialogue, pour peu qu’il soit fondé sur le respect de notre souveraineté et de notre indépendance nationales et qu'il préserve nos intérêts stratégiques".

"La politique du chantage est résolument révolue et définitivement enterrée par le Hirak béni de notre peuple qui a mis en échec la reproduction de la feuille de route concoctée par les laboratoires atlantiques en faveur des processus de transition, a insisté M. Chenine expliquant que cette démarche n'a servi qu'aux divisions régionales, guerres civiles et conflits ethniques et idéologiques dans les pays cibles de ces politiques.

A l’occasion, M. Chenine a rappelé que le récent amendement constitutionnel a clairement consacré la garantie de tous les droits et libertés, (...), qualifiant ce fait "d’acquis constitutionnels et de droits reflétant la volonté populaire et le fruit des réalisations de la Glorieuse guerre de libération et des luttes continues de notre peuple".