République Algérienne Démocratique et Populaire Ambassade d´Algérie en Autriche
<
Pandémie, poste et liquidités, lutte contre l'émigration clandestine, l’Etat présent sur tous les fronts
28/07/2020
<






Prévenir la propagation de la Covid-19, prodiguer les soins nécessaires aux patients touchés par la pandémie, encadrer le rush sur les bureaux de poste en assurant des liquidités suffisantes, à l'approche de la fête de l’Aïd el Adha, autant de défis que les pouvoirs publics s’emploient à relever dans une conjoncture des plus difficiles, relèvent des observateurs de la scène nationale.

Tâche complexe s’il en est, d’autant qu’elle est constellée de difficultés auxquelles l’Etat fait front avec détermination, en dépit des rancœurs et de la malveillance véhiculées par certains médias, ainsi que sur les réseaux sociaux alimentés par des parties malintentionnées dont il n’est pas difficile de deviner les visées.

Ces mêmes parties que le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait fustigé lors du dernier Conseil des ministres, en avertissant contre la manipulation qui se trame contre le pays.

C'est dans ce sens qu'il avait dit: "le nombre d'actions qui ont touché des établissements du secteur de la santé ne visent rien d'autres qu'à ternir la réputation du pays et montrer qu'il était inapte à gérer la crise sanitaire".

S’agissant de la pandémie planétaire de coronavirus, le Gouvernement a pris les devants dès l’apparition de l’épidémie dans notre pays, en prenant un certain nombre de mesures à même de limiter l’expansion de la maladie.

De l’instauration du confinement partiel dans les régions les plus affectées, à l’interdiction de la circulation automobile entre les wilayas les plus touchées, en passant par les efforts gigantesques déployés pour équiper les hôpitaux en moyens de dépistage et de soins, l’Etat algérien n’a pas lésiné sur les moyens, rappellent les mêmes sources.

Dans le contexte de cette lutte contre la Covid-19, l’Algérie est passée d’un laboratoire de test de l’Institut Pasteur à trente centres, auxquels s’ajoutent les universités, les hôpitaux et les laboratoires privés, alors que des pays du voisinage continuent à fonctionner avec seulement deux centre de dépistage, ajoute-t-on.

Rappelons, par ailleurs, que le Président de la République avait ordonné de garantir une assurance spéciale à tous les médecins et professionnels de la santé qui sont en première ligne face au Coronavirus, d’impliquer les comités de quartier et la société civile pour aider, de concert avec les walis, à encadrer les citoyens et la population locale.



==Liquidités dans les agences postales ==

Les parties, qui s'acharnent contre le pays, exploitent tout pour ternir l'image l'Algérie et le présenter sous la posture d'un état incapable de se Prendre en charge, selon des observateurs.

Ainsi, la question des liquidités dans les agences postales a été largement médiatisée, à l’approche de l’Aïd el Adha, au moment où le Gouvernement a pris l’initiative de mobiliser toutes les structures de la Poste afin de répondre à la demande de la population, et atténuer la demande excessive de liquidités en plafonnant momentanément le montant des retraits à 30.000,00 DA.

Le Gouvernement encourage le paiement par carte bancaire, mais, incite le public à utiliser l’interopérabilité qui permet aux clients d'Algérie Poste détenteurs de cartes magnétiques d’accéder au réseau monétique des banques, en plus de celui d'Algérie Poste, et vice-versa. Une interopérabilité dûment mise en œuvre comme l’a confirmé à l’APS le directeur de l’Agence de Sétif du Crédit Populaire d’Algérie (CPA), Samir Satta.

Rappelons, à ce propos, que cette interopérabilité a été rendue possible grâce à une convention signée entre la Société d’automatisation des transactions interbancaires et de monétique (Satim) et Algérie Poste, sous la conduite du GIE Monétique, organe de régulation de la monétique en Algérie.

En outre, pour faciliter aux citoyens les retraits en espèces de leurs salaires et des pensions de retraites, les retraits en espèces auprès des bureaux de poste ont été exceptionnellement suspendus pour les personnes morales, titulaires de Comptes Courants Postaux (CCP).

Il y a également lieu de relever, dans ce contexte, le rôle néfaste de l’informel qui thésaurise une grande masse de liquidités en plus des retraits massifs qu’effectuaient quotidiennement certains acteurs de ce secteur.

De l'avis des citoyens mêmes, toutes les opérations gérées par le réseau postal, qui reçoit un nombre très élevé de citoyens, sont assujetties aux précautions dictées par la situation sanitaire due au Covid-19.

Les agences postales ainsi que les banques offrent, en effet, des conditions idoines dans la gestion des attentes à travers la mise à disponibilité de chaises, de produits désinfectants au profit des clients, tout en veillant aux respects des mesures de distanciation physique.

Le Gouvernement promet une réponse forte, à la mesure des attentes du public, et ce, afin de faire avorter toute velléité de manipulation de cette situation. D’autant que le problème de liquidités n’est pas le seul axe de déstabilisation utilisé par les personnes malintentionnées qui exploitent, entre autre autres, le phénomène des "Harraga"’ pour ternir l’image de l’Algérie.



== Phénomène des "Harraga", manipulation et contrevérités ==

La toile s'est enflammée pour relayer des informations sur l'arrivée d'un nombre "important" de "Harraga" sur les côtes de la rive nord de la Méditerranée. Pourtant, il est désormais avéré que les dernières traversées clandestines étaient surtout composées de Marocains et de Subsahariens.

A rappeler aussi, à ce propos, que ces groupes de jeunes migrants, composés en grande partie d’étrangers qui ont traversé dernièrement la Méditerranée pour rejoindre l’Espagne, ont aussi été alléchés par des promesses de régularisation de leur situation une fois arrivées en terre ibérique.

De plus, il convient de relever que les embarcations utilisées, en particulier les canots semi-rigides de Type "Zodiac", propulsées par de puissants moteurs, ne sont pas à la portée du premier venu.

Leur acquisition est forcément le fait de personnes fortunées dont les moyens ne sont pas étrangers a de trafics de tout genre y compris celui de la drogue, selon des spécialistes.

Notons, par ailleurs, que les citoyens bloqués à l'étranger et qui réclamaient leur rapatriement vers leur pays, ont commencé à rejoindre l’Algérie grâce à la prise en charge de ce problème par les hautes autorités du pays à leur tête le Président de la République. Ce qui dénote de l’attachement viscéral des Algériens à leur mère patrie.

Il est patent que l’Etat algérien, malgré la conjoncture économique difficile, ne lésine sur aucun moyen pour relever les importants défis de l’heure avec détermination, sérénité, et dans un cadre de concertation.