République Algérienne Démocratique et Populaire Ambassade d´Algérie en Autriche
<
Algérie-Jordanie: une volonté de renforcer les relations bilatérales dans les domaines économique et commercial

24/12/2018
<




L'Algérie et la Jordanie ont exprimé, dimanche 23 décembre 2018, leur volonté de renforcer les relations bilatérales particulièrement dans les domaines économique et commercial dans l'intérêt commun des deux peuples et en application des instructions des dirigeants des deux pays, le Président Abdelaziz Bouteflika et le Roi Abdallah II.

Dans une déclaration à la presse au terme de ses discussions avec son homologue jordanien, Ayman Essafadi, le ministre des Affaires étrangères, M. Abdelkader Messahel a relevé l'existence d'une "convergence de vues et des aspirations ainsi qu'une volonté de renforcer les relations bilatérales dans les domaines de l'économie, du commerce et de l'enseignement, en application des instructions du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika et du Roi de Jordanie, Abdallah II", soulignant que les sous commissions issues de la Commission mixte algéro-jordanienne tenue en janvier dernier à Alger devraient se réunir pour booster la coopération bilatérale.

M. Messahel a indiqué que sa rencontre avec son homologue jordanien a porté sur plusieurs questions qui "nous intéressent en tant qu'arabes", tant en ce qui concerne la région du Maghreb arabe, le Moyen Orient qu'en ce qui concerne la région du Sahel, soulignant que "l'Algérie et le Royaume de Jordanie partagent les mêmes positions à l'égard de la question palestinienne".

Le chef de la diplomatie algérienne a mis l'accent, à cet égard, sur l'importance de "l'action commune au niveau bilatéral ainsi qu'au niveau de la Ligue arabe de manière à être à l'avant-garde pour défendre les droits légitimes de nos frères palestiniens".

Concernant la réforme de la Ligue arabe qui figurait au menu des entretiens des deux ministres, M. Messahel a fait état de "défis qui se posent et qui exigent du monde arabe de profonds réformes au niveau de la Ligue arabe pour pouvoir les relever".

Les discussions avec M. Essafadi ont porté également sur les échéances et les rendez-vous que verra le monde arabe dont le sommet Ligue arabe-Union européenne au Caire (Egypte) et le sommet arabe de Beyrouth (Liban) devant se tenir début 2019, a fait savoir M. Messahel, soulignant que ces rendez-vous exigeaient "une coordination de nos positions et de parler avec une seule voix en tant qu'arabes à l'image de ce que font les européens avec lesquels nous entretenons des relations de voisinage et de partenariat" .

Pour sa part, le ministre jordanien a indiqué que son pays "aspire au renforcement de la coopération bilatérale en termes d'économie, d'investissement et d'échanges commercial, culturel ainsi que dans le domaine de l'éducation et les autres dossiers qui nous intéressent, et ce partant de la volonté communes prévalant chez les dirigeants des deux pays pour la relance et la promotion des relations bilatérales". "Nous avons de nombreux points en commun et avons convenu, concernant la prochaine étape, d'organiser des réunions techniques pour examiner les modalités de mise en place d'une feuille de route afin de relancer les relations entre les deux pays", a ajouté le ministre jordanien des Affaires étrangères, saluant, dans ce sens, "le rôle et la place de l'Algérie, avec laquelle nous souhaitons développer nos relations".

Pour le responsable jordanien, cette rencontre a constitué en outre "une opportunité pour examiner les questions d'intérêt commun, notamment le terrorisme qui représente un danger pour la Jordanie et auquel l’Algérie a réussi, grâce aux efforts déployés en matière de lutte contre ce fléau, à devenir un des pays les plus stables dans le monde". La Jordanie "joue un rôle également dans la lutte contre ce fléau du point de vue militaire, sécuritaire et intellectuel", a-t-il soutenu.

Pour ce qui est de la cause palestinienne, "question centrale pour la Jordanie et l'Algérie", M. Essafadi a indiqué que ses entretiens avec M. Messahel ont évoqué "la méthode à suivre pour mettre fin au statuquo politique et avancer vers une perspective politique devant résoudre le conflit selon les seules bases garantissant sa solution, à savoir permettre aux Palestiniens de jouir pleinement de leurs droits légitimes, en tête desquels, leur droit à la liberté et à l'instauration de leur Etat sur leur territoire et sur les frontières de juin 1967, avec El-Qods pour capitale".

Les deux responsables ont abordé enfin la situation en Syrie et "l'importance d'une action commun intensifiée afin de trouver une solution devant mettre fin à cette tragédie et catastrophe et permettre ainsi au pays frère -la Syrie- de recouvrer sa sécurité, sa stabilité et de jouer pleinement son rôle tant dans la sécurité et la stabilité de la région que dans le système de l'action arabe commun".

Pour rappel, le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Essafadi a entamé, samedi 22 décembre 2018, une visite à Alger qui s'inscrit dans le cadre de la consolidation des relations de coopération et de fraternité entre les deux pays frères.

Dans une déclaration à la presse, à la salle d'honneur de l'aéroport international Houari Boumediene, le ministre jordanien a précisé que cette visite entre dans le cadre de la recherche des moyens susceptibles de donner un nouvel élan aux relations bilatérales pour le bien des deux pays. M. Essafadi a exprimé la volonté de son pays d'ouvrir un nouveau chapitre dans ses relations avec l'Algérie, mettant l'accent sur le rôle principal que joue l'Algérie dans l'action arabe commune.

Le ministre a transmis à l'occasion, les salutations du souverain jordanien, le Roi Abdallah II, au Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.